CONNEXION

INSCRIPTION

créer un compte

rapide et gratuit !

Nouveautés en préparation ajoute glapatsnap sur ton snapchat !

Rejoins Glapatate sur Twitter Rejoins Glapatate sur Snapchat Rejoins Glapatate sur Facebook

connexion

annuler

Ce site utilise des cookies pour une navigation optimale et des cookies tiers pour une expérience personnalisée.

Leelia

10 post | rank 7

Une éducation homosexuelle, nécéssaire ou rien ne vaut l'école de la vie ?

11 mars 2009 à 21:50
Pensez-vous qu'on devrait recevoir, pouvoir trouver ou lire des livres sur la sexualité qui est la nôtre (gay , lez) ?

Avez-vous pu accédez à des informations ou trouver de quoi répondre à vos questions sur le sujet?
——

Bi cause

Rédigé par Zigee

Zigee

39 post | rank 10

4 avril 2008 à 19:43

Pour ma part, c'est vrai que je me suis trouvé bien bête quand j'ai découvert que je préférais les garçons... en fait je savais pas si j'étais le seul dans ce cas là, ni si c'était un passage classique chez les ados.

Mais bizarrement aussi je me disais qu'il fallait mieux que j'évite d'en parler autour de moi parce que j'avais quand même l'impression que c'était pas super bien perçu.

Bref au final c'est vrai que je me suis retrouvé bien bête à 13 ans, sans savoir ce qui se passait. Puis miracle : j'ai eu le net deux ans plus tard quand j'étais en 3è et du coup j'ai pu trouver toute la doc que je pouvais et surtout des témoignages d'autres djeuns sur gay.com qui autrefois proposait du contenu sérieux !

Pour répondre à la question je pense que rien ne vaut le dialogue sur la sexualité et pas seulement vite fait et sans aborder l'homosexualité dans le programme de bio de 3è !
Les insultes "sale pd" sont souvent malheureusement le premier contact qu'ont les jeunes gays et lesbiennes avec l'homosexualité, dans la cours du collège...

C'est vrai que rien que d'aborder les questions de la puberté et de la sexualité de façon très simple et pas seulement hétéro au moment où on les vit, bah ça serait déjà pas mal ! M'enfin parler de la sexualité à l'école c'est tabou alors d'homosexualité c'est même pas imaginable... ou alors faut attendre le lycée qui parle parfois de la déportation homosexuelle... ouep c'est vrai en plus la seule fois où j'ai entendu parlé des zomos dans ma scolarité c'est en cours d'histoire !
——

Les gens vulgaires me cassent les c** !

Leelia

10 post | rank 7

7 avril 2008 à 01:48

Je n'ai pas eu facile non plus, à 16 ans,il a bien fallu que je me rends dans une association LGBT afin d'y poser toutes sortes de questions.
Il y avait une permanence " jeunes" mais surtout une bibliothèque.
Cela m'a permis de découvrir...toutes sortes de littératures.
——

Bi cause

Leelia

10 post | rank 7

9 avril 2008 à 01:55

Tu parles de la déportation de nos prédécesseurs dans les cours d'histoire, je n'ai même pas eu d'évocation du tout.
Ma prof de littérature a mentionné Sappho comme une poétesse de la Grèce Antique qui vantait la beauté féminine!
Mais de quoi ont-ils peur?
——

Bi cause

koulapic

7 post | rank 3

26 avril 2008 à 19:16

Très franchement je ne vois pas ce qu'aurait pu m'apporter une culture homo...

Je pense qu'on apprends beaucoup mieux par soi même, même si une éducation généraliste (parentale et scolaire) est nécessaire...

C'est en faisant des erreurs qu'on apprend. La vie n'est pas rose mais elle nous éduque!
——

La patience est une vertu toujours récompensée

Leelia

10 post | rank 7

26 avril 2008 à 20:47

Ce n'est pas faux ce que tu dis
——

Bi cause

Torus

17 post | rank 7

5 mai 2008 à 01:41

J'étais un dévoreur de bouquin étant jeune et j'avais une sacrée chance : la bibliothèque de mon village (200 habitants) était réputée dans tout le comté pour son activité, son spectre très large de bouquins et sa capacité à trouver des livres rapidement sur simple demande (les gens faisaient vraiment beaucoup de kilomètre tout les mercredi et dimanches, c'était fou pour une bibliothèque de campagne).

Donc discrètement j'ai eu l'occasion de m'informer sur ma sexualité, j'ai pu me documenter, lire des témoignages (j'avais pas internet à cette époque) ou des histoires qui bien qu'inventées étaient souvent intéressantes et donnaient une dimension réelle à mes sentiments. Je me disais que si c'était écrit noir sur blanc, je devais pas être le seul à ressentir ce que je ressentais.

Une année, j'ai d'ailleurs eu le privilège de remettre le "prix ados de la ville de rennes" à Marie-Aude murail et son livre "oh boy !" traitant de plusieurs thème dont l'un était l'homosexualité. J'ai du être l'une des personnes les plus heureuses que son livre emporte le prix parce qu'il m'avait touché et m'avait vraiment fait me sentir normal.

Tout ça pour dire que les livres m'ont beaucoup apportés en premier lieu. Je précise que c'était des livres (ou des mags.) et non des fascicules ni des brochures éducatives ... C'est bien le dernier truc que j'aurais lu. Ils sont vraiment trop peu attractifs et trop peu satisfaisant. En second lieu, ça a été internet

Pour l'éducation, je pense qu'on devrait accorder un temps pour expliquer aux jeunes que l'homosexualité existe et pas seulement d'un point de vue sexuel qui stigmatise vraiment le terme à mon avis mais plutôt en expliquant en quoi ça consiste d'un point de vue social (je veux dire au quotidien). Mais est-ce synthétisable sans rentrer dans des généralités ? c'est une autre question...

La seule évocation gay que j'ai jamais eu au collège était le baiser fougueux de deux acteurs pendant une pièce au TNB. Les deux acteurs était passés dans mon collège le lendemain pour un jeu de questions/réponses et bien évidement j'ai lancé des questions : "Qu'est ce que ça fait ?", "Pourquoi ?", "Ils s'aiment ?". Etonnamment, ça intéressait pas mal de personne mais aucun n'osait. C'est donc la seule fois où j'ai pu en discuter ouvertement.
( modéré par Torus )
——

Le logiciel libre c'est comme le sexe, c'est meilleur quand c'est gratuit ! (Linus B. Thorvald)

Rédigé par FAQ2QAF

FAQ2QAF

10 post | rank 3

30 juin 2008 à 16:14

Dans la mesure où, la plupart du temps, les homophobes le sont parce qu'ils sont bourrés de préjugés, moi je dis: "OUI, il faut en parler dans l'éducation". Pour faire taire les stéréotypes des uns et aider les autres à s'assumer. C'est d'ailleurs le cheval de bataille de bon nombre d'associations, et le thème de la Gay Pride de Lyon (et de celle de Paris, si je ne m'abuse).

Certains peuvent dire qu'il vaut mieux le découvrir par soi-même; je ne suis pas d'accord. Les homos se suicident treize fois plus que les hétéros, et on peut facilement accuser le fait qu'ils se croient anormaux. Si on leur avait fait comprendre plus tôt qu'ils n'ont rien fait de mal, ils auraient peut-être eu moins de mal à s'assumer.
——

Rédigé par Loveuze35

Loveuze35

2 post | rank 3

11 mars 2009 à 21:50

Coucou ba moi je trouve que en effet on pourrait plus nous en parler parceque on nous parle toujours des hétéros mais quand des personnes gay bi ou lesbienne sont dans la classe ba résultat ils on toujours le même refrain que sa soit dans une classe ou dans une autre alors je trouve que on pourait nous parler des deux comme sa ceux concernés on des information comme les autres .
——

répondre

Recherche rapide


fille garçon célibataire
Code Postal:

plus d'options

La phrase du jour !

L'amour est la seule addiction dont on ne peut se défaire.

Propose ta phrase - Vote

Ton horoscope du jour

Ne t'impliques pas dans les ragots, ils ne servent à rien et pourrait te faire passer pour ce que tu n'es pas.

Autres signes

sexualité jeunes - témoignages - articles - rencontres jeunes gay - forum - horoscope gay - contact
trouver une association gay en France - site de rencontres tolérant